Creative Commons License
Cette notice est mise à disposition en vertu d'un contrat Creative Commons.
logo arlima

Pierre de Paris

Biographie

Fin du XIIIe-début du XIVe siècle

Qualifié de « maître » dans ses traductions, ce traducteur séjournait à Chypre lorsqu'il traduisit en français plusieurs textes latins pour de grands personnages de l'endroit.

Bibliographie

Répertoires bibliographiques
  • Bossuat, Robert, Manuel bibliographique de la littérature française du Moyen Âge, Melun, Librairie d'Argences (Bibliothèque elzévirienne. Nouvelle série. Études et documents), 1951, xxxiv + 638 p. (ici p. 249, nos 2667-2668)
    Dictionnaires: DEAF Boss
Généralités
  • Langlois, Charles-Victor, La vie en France au Moyen Âge du XIIe au milieu du XIVe siècle. IV: La vie spirituelle. Enseignements, méditations et controverses d'après des écrits en français à l'usage des laïcs, Paris, Hachette, 1928, xxvii + 384 p. (ici p. 277-281)
  • Lefèvre, Sylvie, « Pierre de Paris », Dictionnaire des lettres françaises: le Moyen Âge, éd. Geneviève Hasenohr et Michel Zink, Paris, Fayard, 1992, p. 1189.
    Réimpr.: Paris, Fayard (La Pochothèque), 1994.
  1. Le Sautier

    Date:Vers 1299-1310
    Dédicataire:Simon le Rat, frère hospitalier de Saint-Jean-de-Jérusalem et commandeur de l'ordre à Chypre (1299-1310)
    Langue:Français
    Genre: 
    Forme:Prose
    Contenu:Traduction française des Psaumes.
    Incipit:Si coumence le sautier translaté dou latin en francés par maistre Pierre de Paris as preeres de frere Simon le Rat de la sainte maisson de l'ospitau de le saint Jouhan de Jerusalem. E coumence premierement par l'epistele que le devant dit maistre Piere manda au desus nome seignor. A ce que la maniere de son translat soit miaus counneu et comence ensy. Toutes les creatures...
    Explicit:... Fenist est le sautier en lequel sont demoustres les grans secrés de l'incarnassyon e de la mort e de la resurrecxion dou fis de Dieu. Et dou jugement qui est a avenir.
    Manuscrit
    1. Paris, Bibliothèque nationale de France, français, 1761, f. 1r-188r [⇛ Description]
    Éditions modernes
    Traductions modernes
    Études
    • Berger, Samuel, La Bible française au Moyen Âge. Étude sur les plus anciennes versions de la Bible écrites en prose de langue d'oïl, Paris, Imprimerie nationale, 1884, xvi + 450 p. (ici p. 72-74 et 346) [GB] [IA]
      Compte rendu: Paul Meyer, dans Romania, 17, 1888, p. 121-141. [Pers] [GB] [IA: ex. 1, ex. 2] [HT]
      Réimpression:
      • Genève, Slatkine Reprints, 1967
    • Brayer, É., et A.-M. Bouly de Lesdain, « Les prières usuelles annexées aux anciennes traductions du psautier », Bulletin d'information de l'Institut de recherche et d'histoire des textes, 15, 1967-1968, p. 69-120. (ici p. 77-78) [Pers] DOI: 10.3406/rht.1969.1057
  2. Le livre de Boece de consolation

    Date:Avant 1309
    Dédicataire:« mon seignor especial »
    Langue:Français
    Genre: 
    Forme:Prose
    Contenu:Traduction et commentaire du De consolatione Philosophiae de Boèce
    Incipit:Ci comense le livre de Boece de consolation translaté de latin en franceis par maistre Pier de Paris. Et a ce que la maniere dou translat soit coneue, le devant dit maistre si a cadené une epistle en cest comensement, laquel epistle est auci come le prologue dou translator, a laquel il demonstre tote la maniere selonc laquel il entent a parfaire sa translacion. Et comense ensi lequel susdit livre je, maistre Oger ay contrescrit a vos, mesire Jehan Coqueriau, en l'aun de grace M CCC VIIII ?? XX jors de setembre. Ici comense le prologue que maistre Peirr de Paris fist sur cest livre de Bo[e]ce de consolation. La premiere creature que nostre sire Dieus forma si fu le tens e de ce ne doyt nus estre en doute...
    Explicit:... Et vos mon seignor, je vostre petit serveor si vos envoye ceste euvre que ai adressiee a vos, laquele encore ne soit elle si ordenee come seroit afferable a vostre hautesse. Toutesvoyes je sui certain que tante est vostre debonaireté que vos suplerois toutes mes defautes. Et que par vostre entendement l'euvre sera dou tout clere a tous ceaus qui vodront avoir la conoissance.
    Traductions:Traduction latine anonyme en prose
    Manuscrit
    1. Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vaticani latini, 4788, f. 1ra-88ra
    Éditions modernes
    • Thomas, Antoine, Notice sur le manuscrit 4788 du Vatican contenant une traduction française avec commentaire par maître Pierre de Paris, de la "Consolatio Philosophiae" de Boèce, Paris, Imprimerie nationale, 1917, 66 p. [Gall]
      Tiré à part: Thomas, Antoine, « Notice sur le manuscrit 4788 du Vatican contenant une traduction française avec commentaire par maître Pierre de Paris, de la Consolatio Philosophiae de Boèce », Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, 41, 1923, p. 29-90..
      Compte rendu: Paul Shorey, dans Classical Philology, 14:2, 1919, p. 183-184. [Jstor]
      Transcription de longs extraits.
    Traductions modernes
    Études
    • Atkinson, J. Keith « Le Boece de Consolation de Pierre de Paris », L'Orphée de Boèce au Moyen Âge: Traductions françaises et commentaires latins (XIIe-XVe siècles), éd. J. Keith Atkinson et Anna Maria Babbi, Verona, Fiorini, 2000, p. 25-30.
    • Babbi, Anna Maria, « Pierre de Paris traducteur de la Consolatio Philosophiae », La traduction vers le moyen français. Actes du IIe colloque de l'AIEMF, Poitiers, 27-29 avril 2006, éd. Claudio Galderisi et Cinzia Pignatelli, Turnhout, Brepols (The Medieval Translator. Traduire au Moyen Âge, 11), 2007, p. 23-32.
    • Courcelle, Pierre, « Étude critique sur les commentaires de la Consolation de Boèce (XIe–XVe siècles », Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 14, 1939, p. 5-140, ici p. 100 et 134.
      N'ajoute rien de plus à ce qu'a écrit A. Thomas 1917 et M. Roques et A. Thomas 1938.
    • Courcelle, Pierre, La 'Consolation de Philosophie' dans la tradition littéraire. Antécédents et postérité de Boèce, Firenze, Olschki, 1968, 449 p.
      Compte rendu: Vincenzo Cilento, dans Rivista di storia e letteratura religiosa, 4:1, 1968, p. 161-167.
    • Folena, Gianfranco, « La romània d'oltremare: francese e veneziano nel Levante », Culture e lingue nel Veneto medievale, Padova, Editoriale Programma, 1990, p. 269-286, ici p. 283-284.
    • Langlois, Ernest, « Notices des manuscrits français et provençaux de Rome antérieurs au XVIe siècle », Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, 33:2, 1889, p. 1-347. (ici p. 261-265) [GB: ex. 1, ex. 2] [IA] [HT]
      Comptes rendus: Paul Meyer et Émile Picot, dans Romania, 19, 1890, p. 305-314. [Pers] [GB] [Gall] [IA: ex. 1, ex. 2] [HT] — A. Thomas, dans Romania, 19, 1890, p. 599-608. [Pers] [GB] [Gall] [IA: ex. 1, ex. 2] [HT]
    • Lucas, Robert H., « Medieval French translations of the Latin classics to 1500 », Speculum, 45:2, 1970, p. 225-253. (ici p. 233) [Jstor] DOI: 10.2307/2851539
    • Roques, Mario, et Antoine Thomas, « Traductions françaises de la Consolatio Philosophiae de Boèce », Histoire littéraire de la France, Paris, Imprimerie nationale, t. 37, 1938, p. 419-488. (ici p. 441-450) [IA]
  3. Traité sur le libre arbitre [oeuvre perdue]

    Lieu:Chypre
    Date:Avant 1309
    Dédicataire:« seigneur de Tyr », qu'il convient d'identifier à Amaury II de Lusignan, régent du royaume de Chypre en 1309 (1272–1310)
    Langue:Français
    Genre: 
    Forme:Inconnue
    Contenu:Ce texte n'est connu que par l'allusion qu'y fait Pierre de Paris dans le commentaire et le prologue de sa traduction de Boèce: « Et se aucun viaut savoir coment toutes creatures reysonables usent dou franc arbitre, si lise au livre que nos feimes auci au seignor de Tyr en Chipre car nos avons determiné de ceste question en celuy livre assés soffizaument »
  4. Traduction de la Politique d'Aristote [oeuvre perdue]

    Lieu:Chypre
    Date:Avant 1309
    Langue:Français
    Genre: 
    Forme:Inconnue
    Contenu:Traduction de la Politique d'Aristote, connue seulement par les allusions qu'y fait Pierre de Paris dans le commentaire de sa traduction de Boèce: « Et qui vodra savoir ceste estoyre, si lise en la Politique de Aristo[te], que nos avons translatee en Chipre »; et ailleurs: « nos meismes determinamez ceste question soffizaument en le Livre de la Politique de Aristo[te], que nos translatames dou latin en franceis en Chipre; dont se aucun lay vodra veir la rayson de toutes ses choses, lise en celuy livre: ileuques trovera toutes ces choses soffizaument determinees » (ms. Vat. lat. 4788, f. 11rb et 20ra, cité par A. Thomas (1917, p. 23-24 et 26-27).
Rédaction: Caroline Boucher et Laurent Brun
Dernière mise à jour: 12 août 2014